Vae Soli

Livre V – épisode 3

Salle d'armes, jour. Arthur et le maître d'armes s'apprêtent à combattre.
Le maître d’armes (Remarquant l'épée d'Arthur, portée par un écuyer.) Hé bah vous prenez pas votre épée, ce matin ?
Arthur C'est mon épée.
Le maître d’armes (Amusé.) Ah, s'il vous plaît, Sire. C'est pas celle-là, votre épée.
Arthur J'ai plusieurs épées...
Le maître d’armes Ah bon ?
Arthur Bah voilà ! Celle-ci... les autres, là... ouais de toute façon, tout est un peu à moi...
Le maître d’armes Non mais moi je parlais de...
Arthur D'Excalibur, j'ai bien compris. Je l'ai replantée dans le rocher, Excalibur...
Le maître d’armes (Étonné.) Oh...
Arthur Je me demande dans quel patelin de très haute montagne vous vivez pour pas avoir encore entendu parler de ça.
Le maître d’armes Et vous allez vous en sortir, avec une épée ordinaire ?
Arthur (Saisit l'épée et attaque vivement le maître d'armes, qui pare.)
Le maître d’armes (Agréablement surpris.) Hé !
(Ouverture.)
Chambre d'Yvain, jour. Yvain et Gauvain sont allongés en tenue de nuit et mangent une collation.
Gauvain La question est : « Est-ce qu'on retire l'épée du rocher ou pas ? »
Yvain Ah c'est chaud. Honnêtement, y a le pour et le contre.
Gauvain D'un côté, ne sommes-nous pas un peu jeunes pour nous enferrer dans une situation aussi rigide que « roi de Bretagne » ?
Yvain Non mais carrément... moi je voyais ça vachement plus tard, hein.
Gauvain D'un autre côté, quel prestige !
Yvain Mais carrément ! À nos âges, roi de Bretagne, ça pète quand même.
Gauvain Bon alors... on la retire, on la retire pas ?
Yvain (Après réflexion.) Allez, ouais !
Gauvain D'accord !
Yvain De toute façon, si on la retire pas, on va regretter.
Gauvain Attention, on dit « retirer l'épée »... on oublie tout de même une petite difficulté.
Yvain De quoi ?
Gauvain Il va falloir décider qui de nous deux la retirera.
Yvain Ça change quoi ?
Gauvain Seul le possesseur d'Excalibur sera désigné comme roi.
Yvain Ouais non mais nous on s'en fout de ça ! Y en a un qui la retire, et puis après il fait une loi comme quoi y a deux rois... les autres après, ils sont trop blasés quoi !
Gauvain Et Excalibur ?
Yvain Quoi « Excalibur » ?
Gauvain Bah, qui la portera ?
Yvain Hé ben on la portera, euh... chacun notre tour un jour sur deux, et voilà !
Gauvain Vous croyez ?
Yvain Bah quoi ? Vous la voulez pour vous tout seul, c'est ça ?
Gauvain Mais non !
Yvain Ouais mais non, mais c'est ça allez-y, portez-la tout seul... super... truc de gamin... j'y crois même pas, quoi...
Palais de Loth, jour. Loth et Galessin discutent.
Galessin (Soupire.) Qu'est-ce qu'on fait, on l'attend, ou on l'attend pas ?
Loth Je sais plus. Moi après deux heures de retard, j'ai passé le cap de l'agacement. Le peu de volonté que j'avais de me farcir une réunion avec ce débile de Dagonet a définitivement disparu. Je suis une sorte de meuble.
Galessin Son message est quand même alléchant... vous voulez que je vous le relise ?
Loth Avec joie ! S'il vous plaît, refaites-moi donc la lecture de cet insipide message de crétin, que vous vous obstinez à me ressasser depuis ce matin !
Galessin (Lisant.) « Arrive avec de très bonnes nouvelles, demain à midi. Présence souhaitée. »
Loth (Moqueur.) Hé... c'est extraordinaire... l'émotion reste intacte, à chaque lecture !
Galessin Je suis désolé, moi ça me rend au moins curieux.
Loth Parce que votre existence est merdique, mon pauvre ami... vous avez l'œil qui brille à chaque fois qu'un oiseau pète, c'est triste à voir, ça fait des années que vous menez un train de vie de noix de Saint-Jacques, alors évidemment ! Un message, qui annonce la visite d'un imbécile porteur de bonnes nouvelles, c'est déjà un petit festival pour vous ! Je suis sûr que vous vous êtes peigné pour l'occasion !
Dagonet (Arrive.) Vous êtes là !
Galessin C'est pas trop tôt...
Loth Euh, « Vous êtes là ! », c'est-à-dire qu'il est surpris lui-même, ça lui viendrait pas à l'idée de raccorder le fait qu'on est là avec le fait qu'il nous l'a demandé...
Dagonet Vous... vous voulez savoir la nouvelle ?
Galessin (Impatient.) J'avoue que là, je serais pas contre !
Loth Moi c'est comme vous sentez... j'ai eu deux heures à vide, c'est pas si souvent, je pense que j'en ai inconsciemment profité pour dresser un petit bilan...
Dagonet Bon... Arthur a replanté Excalibur dans le rocher.
Galessin Quoi ?
Dagonet Avant-hier !
Galessin Mais... mais vous pensez bien qu'on le sait, ça !
Dagonet Bah qui vous l'a dit ?
Galessin Qu'est-ce qu'on s'en fout, de qui nous l'a dit ? On le sait, c'est tout !
Dagonet Bon bah, pardon !
Loth (Les yeux dans le vide.) J'ai soudain... la sensation limpide d'avoir gaspillé ma jeunesse... l'avoir vue s'échapper de mes mains comme l'anguille effrayée, et m'appeler à présent sur le lierre du tombeau... où patientent depuis toujours le chant des enfants, et les raisins volés...
Taverne, jour. Perceval et Karadoc discutent.
Perceval Mais qu'est-ce qu'on va aller s'emmerder avec ça ? On a notre clan, tout, on est peinards !
Karadoc Je suis d'accord avec vous ! Je dis juste qu'Excalibur, il la replante pas tous les matins, Arthur. Ça se représentera peut-être pas avant dix ans, alors ça mérite qu'on y réfléchisse !
Perceval Qu'est-ce qu'on va en foutre ? Ça fait des années qu'on développe une technique pour se battre sans épée, et maintenant faut aller chercher Excalibur...
Karadoc Non, mais je dis pas « il faut », je dis « il faut voir » !
Perceval Bah c'est tout vu ! On a assez de boulot à faire des chevaliers avec ceux-là, sans se rajouter du travail pour rien...
Karadoc On pourrait leur demander leur avis, d'ailleurs... après tout, c'est ça une équipe !
Perceval Mais y en a combien à nous, ce soir ?
Le tavernier (Arrivant.) Non, ce soir c'est beaucoup du clodo, mais... c'est pas ceux-là de votre équipe.
Karadoc Et euh... un peu chauve, là, à moustache ?
Le tavernier (Acquiesce.) Oui...
Karadoc Non ?
Le tavernier Oui...
Karadoc (Insistant.) Non ?
Le tavernier C'est un régulier.
Karadoc Ah ouais...
Salle d'armes, jour. Arthur et le maître d'armes se battent à mains nues.
Le maître d’armes (Enchaîne les mouvements en ahanant.) Oh ! Oh ! Oh ! Oh ! (Projette Arthur au sol.) Dites... je me faisais une réflexion...
Arthur (Se relève.) Hé... on arrête, là... hein ?
Le maître d’armes Non non, simplement je pensais à une chose...
Arthur Oui, bah justement, on pourrait en profiter pour s'arrêter ?
Le maître d’armes Je passais dans les couloirs du château ce matin, et une chose m'a frappé : j'ai pratiquement croisé personne.
Arthur D'accord, on arrête, hein ? C'est plus simple...
Le maître d’armes Alors j'ai fait un peu le tour... y a plus un rat dans la boutique, en fait ! C'est désertique !
Arthur Pourtant il en reste, des emmerdeurs, croyez-moi.
Le maître d’armes Ah, je suis désolé, j'aimerais bien savoir lesquels ! Lancelot est parti... Perceval, Karadoc... Yvain, Gauvain...
Arthur Si vous passez un peu plus de temps dans les couloirs, vous découvrirez que ma femme est encore là.
Le maître d’armes C'est pas faux.
Arthur Ainsi que ses parents. Alors je sais pas si comme le veut le dicton, les meilleurs s'en vont les premiers, ce dont je suis sûr, c'est que les trous du cul s'en vont les derniers. Vous pouvez me faire confiance.
Palais de Loth, jour. Loth, Galessin et Dagonet discutent.
Galessin Je sais pas si après un coup d'État, on peut bien se permettre de tenter de retirer l'épée. Je pense qu'on risque de nous regarder de travers.
Dagonet Ça a jamais été dit qu'on pouvait pas.
Galessin On est consignés chez nous. Officiellement, on n'a pas le droit de sortir, on va pas se pointer au rocher !
Dagonet Non mais arrêtez de me gueuler dessus, c'est bon ! Si vous voulez pas y aller on n'y va pas, qu'est-ce que vous voulez que je vous dise ? Ou... ou alors de nuit... quand y a personne...
Galessin Mais il faut bien des gens pour nous voir, si on la retire, sinon ça sert à quoi ?
Loth Je vais y aller. De jour. Devant tout le monde. Et si je deviens roi de Bretagne, je vous nomme respectivement (regardant Dagonet) ministre des armes, (regardant Galessin) et responsable de la protection des frontières, parce que mon destin, c'est de m'entourer de nuls, de vrais nuls. « Timeo libri rexLe script officiel indique « res » agitur. » Ça veut rien dire, mais... c'est ce que j'ai trouvé de plus... aigre.
Camp militaire, nuit. Élias est assis près d'un feu dans un campement enneigé.
Léodagan (Hors-champ, de l'intérieur d'une tente.) Non mais j'irai peut-être, hein ! Mais... (sort de la tente) je suis pas fixé, quoi.
Élias Oh bah moi en tout cas j'y vais pas, hein ! Merci bien mes cousins !
Léodagan (S'assoit à côté d'Élias.) Ah c'est sûr, roi de Bretagne... c'est assez dans mes cordes... si les dieux décident de me refiler le bébé, ça tournera toujours mieux que maintenant ! Vous me direz, euh... c'est pas compliqué hein.
Élias Dans la vie, il faut bosser pour personne, et il faut faire bosser personne. C'est le secret de la liberté.
Léodagan Et vous, vous bossez pas pour Arthur, vous ?
Élias Bah si ! Mais je me barre quand je veux... rien que d'imaginer que je retire l'épée du rocher et que je me retrouve à la tête de ce bordel, ça me fait de la spasmophilie.
Léodagan Ah mais moi je vous dirais bien pareil ! Attendez, ma place elle vaut bien mieux que celle d'Arthur ! Parce que quand y a une merde... et, j'aime autant vous dire que c'est souvent, hein... c'est sur lui qu'on tape, moi je suis protégé !
Élias (Dégoûté.) Ouais, ah et puis rien que de voir tous ces clampins là, qui viennent d'on sait pas où, pour... pour essayer de tenter le coup, là... les petits princes, les mendiants, les bourgeois... tout le spectre social des glandus est représenté !
Léodagan Ouais pareil, moi ça m'écœure.
Élias Bon alors, vous allez pas essayer, ou... ou bien ?
Léodagan (Hésitant.) Je vais sûrement essayer, parce que ça serait trop bête...
Élias Bah oui...
Léodagan Mais euh... en espérant que ça marche pas, quoi.
Chambre de la taverne, nuit. Karadoc et Perceval sont dans leur lit respectif, Mevanwi se déshabille. Un plateau de fromages est posé sur Karadoc.
Mevanwi À force de tirer dessus, tirer dessus... depuis des semaines que tous les nigauds du continent s'acharnent nuit et jour, elle va peut-être finir par céder ! (À Perceval.) Retournez-vous, vous !
Perceval Bah carrément, j'ai pas envie de dégobiller ! (Se retourne.)
Mevanwi Imaginez que le jour où elle cède, ça tombe sur un qui mérite pas... ah ben on serait beaux ! C'est pour ça, vous devriez tenter ! Au moins par acquit de conscience.
Perceval Sans moi.
Karadoc (À Perceval.) Curieusement, je suis assez d'accord avec ma femme... on risque rien d'essayer !
Perceval (Se hissant sur le bord du lit pour voir Karadoc.) Votre femme, si j'avais pas la femme de descendre de là, elle aurait pris mon pied dans son cul depuis un moment ! Parce que y a un truc qu'on oublie, quand on parle de retirer Excalibur : c'est le respect au roi Arthur ! Et le respect au roi Arthur, je remarque que Madame en avait un peu plus quand elle était dans son plumardplumard (n.m.) Lit
En savoir plus
 !
Mevanwi Mêlez-vous de vos fesses, espèce de débile !
Karadoc Non, mais vous engueulez pas...
Mevanwi (À Perceval.) Retournez-vous !
Perceval (Se retourne.)
Karadoc (Se retourne.)
Mevanwi (À Karadoc.) Mais pas vous !
Karadoc Euh, non, mais si... j'aime pas...
Couloir du château, matin. Arthur sort de sa chambre et tombe sur le père Blaise, qui attendait devant la porte.
Arthur Tiens donc ! Qu'est-ce que vous foutez là, vous ?
Le père Blaise Ah bah, j'attends que vous sortiez...
Arthur Mais... vous avez frappé ? J'ai rien entendu...
Le père Blaise Euh non, parce que quand je frappe, je me fais engueuler parce que je vous dérange.
Arthur Mais... ça fait combien de temps que vous poireautezpoireauter (v.) Attendre
En savoir plus
là comme une endive ?
Le père Blaise Oh, euh... une bonne heure et demie...
Arthur Ah oui, non mais c'est que... (désigne sa tête) vous croyez pas que y a quelque chose qui tourne pas tout à fait rond, là-dedans ?
Le père Blaise Disons que j'avais pas envie de vous mettre en rogne, surtout que je viens vous annoncer quelque chose qui va pas vous faire plaisir...
Arthur Quoi ?
Le père Blaise Il faudrait annuler la réunion de la Table ronde d'aujourd'hui...
Arthur Encore ? Non mais c'est pas vrai !
Le père Blaise Mais y a personne ! On va pas faire une réunion à trois !
Arthur Vous savez quoi, j'en ai marre de votre défaitisme, j'en ai marre de votre tronche dépitée du matin au soir, du soir au matin, et j'en ai marre de vos mauvaises nouvelles ! Voilà ! (Referme sa porte.)
Le père Blaise (Assez fort pour qu'Arthur l'entende.) Hé bah qu'est-ce que j'aurais pris si j'avais frappé !
Arthur (Hors-champ, de l'intérieur de sa chambre.) Un gros pain dans votre tête.
Le père Blaise (Part, vexé.)
Salle à manger, jour. Arthur, Léodagan et Bohort mangent ensemble.
Léodagan Hé, hé... c'est pas le jour de la Table ronde, aujourd'hui ?
Arthur Si, mais y a pas réunion.
Léodagan Oh mais c'est pas vrai ! Mais qu'est-ce qu'on fout, là ?
Arthur Qu'est-ce que vous voulez que je vous dise, moi...
Léodagan Mais attendez, ça fait trois fois que vous annulez ! Alors je sais bien que les réunions c'est chiant, mais enfin c'est quand même pas moi qui les ai inventées !
Arthur On annule parce qu'on n'a personne.
Léodagan Mais quoi, « personne » ?
Bohort Nos fidèles amis Perceval et Karadoc ont fondé leur propre clan.
Léodagan Ouais bah je sais bien, ça, mais euh... y a pas qu'eux, quand même !
Bohort Nos jeunes camarades Yvain et Gauvain ont eux aussi décidé de faire cavaliers seuls...
Léodagan Mais ils ont rien décidé du tout, c'est nous qui les avons poussés au cul ! Et puis alors en plus, euh... « cavaliers seuls », euh... bon, ils montent pas à cheval, et euh... ils ont peur dès qu'ils s'éloignent du château. À tous les coups ils sont dans leur piaule. Ça coûte pas bien cher de les faire descendredescendre (v.) Tuer, abattre
En savoir plus
 ! Je peux y aller, si vous voulez, moi.
Arthur Ils sont autonomes, ils sont autonomes, on va pas leur demander de revenir maintenant...
Bohort Le seigneur Galessin, le seigneur Dagonet...
Léodagan Ouais bah alors eux c'est des raclures, c'est plutôt mieux qu'ils soient pas là !
Bohort (À voix basse.) Le seigneur Lancelot...
Arthur Oh...
Léodagan (Offusqué.) Oh... non enfin, Lancelot, s'il vous plaît...
Arthur Enfin bref, entre ceux qui peuvent pas revenir et ceux qui sont pas là, j'ai pas de quoi faire une table, voilà.
Bohort Sire, peut-être faudrait-il penser à recruter de nouvelles têtes !
Arthur Oui, bien sûr, j'ai que ça à faire, tout à fait.
Bohort On pourrait peut-être confier ça à quelqu'un !
Léodagan Oui bah, pas à moi, hein...
Arthur (À Bohort.) Non à vous ! Vous êtes pas surchargé de travail, que je sache ? Vous allez faire le tour des nobles du royaume de Logres auxquels on n'aurait pas encore pensé... et puis vous revenez me faire des propositions...
Bohort (Sourit timidement.) Ben je vais demander à mon frère !
Léodagan (Acquiesce.) Mmh. Euh... lequel de frère ?
Bohort Lionel !
(Arthur et Léodagan se regardent, perplexes.)
Léodagan (Ne voyant pas de qui parle Bohort.) Non...
Arthur Et euh... vous pensez que ce serait une bonne recrue ?
Bohort Le seul souci, c'est que c'est un homme incroyablement sensible, fragile... je devrais peut-être pas dire ça, mais... c'est un incorrigible trouillard. Entre nous, il aurait bien besoin d'un peu d'action, hein...
Arthur (Après un moment.) Ouais bah amenez-le, oui... ce serait dommage de passer à côté de ça...
Taverne, jour. Karadoc boit un verre.
Le tavernier (Entre, couvert de neige, tenant un rouleau de parchemin.) Hé bah Monseigneur ça pince ! (Frissonne de froid.) Oh ça picote les gencives, là ! (Frissonne.)
Karadoc (Désignant le parchemin.) Qu'est-ce que vous avez là ?
Le tavernier Ah ! Ça, c'est une missive de Kaamelott, je vous ferais dire ! Il faut que je fasse une annonce publique dans mon établissement personnel.
Karadoc Oh là là, pas si vite ! (À Perceval.) Vous entendez ça ?
Perceval (Arrivant, l'épée brandie.) Qu'est-ce qu'il y a ? Y a du grabuge ?
Le tavernier Non ! Ils veulent que je fasse une annonce, pourquoi que je la ferais pas ?
Karadoc Vous pouvez pas vous mettre dans le crâne qu'ici, maintenant, c'est un quartier général euh !
Perceval (En même temps que Karadoc.) Général euh !
Karadoc Kaamelott, c'est des concurrents !
Le tavernier Oui mais enfin il faut bien que j'obéisse !
Karadoc (Criant.) Non ! C'est à nous qu'il faut obéir !
Perceval (Ricanant.) Ça veut pas rentrer, ça, hein...
Le tavernier Oui mais alors pourquoi que je reçois des machins de Kaamelott, alors ?
Karadoc Ici, ce n'est plus Kaamelott. Ici, c'est la zone de l'équipe à Perceval et Karadoc.
Perceval On n'avait pas dit qu'on s'appelait « le clan des croustillants » ?
Karadoc Non, on n'a pas décidé encore.
Le tavernier Bon, moi je veux bien, mais vous me faites pas avoir d'ennuis, hein...
Karadoc Donc, vous nous donnez ça... (prend le parchemin) et suivant ce que c'est, on va vous dire si vous pouvez faire l'annonce ou pas.
Perceval Ouais, voilà.
Karadoc (Tente de lire le document, puis le redonne au tavernier.) Alors... on vous le rend, parce qu'on sait pas lire... donc, vous lisez, et après on vous dit.
Perceval Ouais, voilà.
Le tavernier Ouais, mais moi j'ai déjà lu, moi ! Ils veulent que je demande à ma clientèle, si y en a pas qui soient intéressés pour devenir chevaliers à Kaamelott.
Perceval (Ébahi.) Ils essaient de débaucher nos mecs ?
Karadoc (Reprend le parchemin, empli d'une colère froide.) Vous... (indiquant une taille avec ses doigts) vous êtes à ça du conseil de guerre...
Perceval (Met le feu au parchemin à l'aide d'une bougie.)
Laboratoire de Merlin, jour. Élias donne un cours de potions à Mevanwi.
Élias Je vous le dis, ma bonne dame : ça sent pas bon.
Mevanwi (Tenant une fiole.) Ben pourtant j'ai fait exactement ce que vous m'avez demandé !
Élias Je parle de la situation... la situation merdique ! La situation pourrave ! Non, le roi qui est obligé de recruter parce qu'il a plus un rat à sa Table ronde, ça pue duc'...
Mevanwi Bah c'est peut-être l'occasion de voir un peu des nouvelles têtes, aussi...
Élias Ouais bah en tout cas, c'est le moment de mettre du pognon à gauche, et de se préparer à foutre le camp à la concurrence... faut sentir le vent, pour tourner avec.
Mevanwi Qu'est-ce que vous appelez « concurrence » au juste, euh... Lancelot ?
Élias (Pouffe de rire.) Lancelot, c'est la concurrence des clodos ! Pour me mettre au service d'un traîne-la-grolle, faudrait que j'aie une conviction... hein, un combat à mener, voyez ?
Mevanwi Et vous n'en avez pas ?
Élias Si ! Celui de m'en coller plein les fouilles. Donc, il me faut un bon gros bourgeois, du genre... duc d'Aquitaine, ou roi d'Irlande, voyez... mmh, deux-trois idées en tête...
Mevanwi (Soupire.) Je comprends pas, ça fait pas pareil que vous...
Élias Hein ? Ouais mais ça c'est nul, ça... allez on recommence. Alors ! (Paternaliste.) On lave... le mortier.
Mevanwi Ouais...
Élias Allez...
Palais de Loth, jour. Loth et Galessin sont assis à table, Dagonet arrive, les bras chargés de victuailles. Loth tient une lettre.
Dagonet Honnêtement... je vois pas comment ça pourrait vous être destiné...
Galessin Le pigeon est arrivé ici, il s'est même posé directement sur les fenêtres de la salle de la garde !
Loth Mais ils sont tous plus débiles les uns que les autres, ces pigeons... les nôtres, quand on les envoie à Kaamelott, on se les fait systématiquement ramener par la vieille de la ferme d'à côté !
Dagonet En plus, moi je suis déjà à la Table ronde, je vois pas pourquoi ils me redemanderaient une deuxième fois...
Galessin Moi aussi, je suis chevalier ! (Prend la lettre.) Non, mais... ça s'adresse au roi Loth, c'est évident !
Loth (Reprend la lettre, agacé.) Ça s'adresse à personne, les pigeons sont cons, point !
Dagonet C'est peut-être une façon de se réconcilier avec vous, il vous nomme chevalier...
Loth Je suis roi d'une terre rattachée à la sienne, c'est bien plus que chevalier, foutez-moi la paix !
Galessin Sauf que vous participez pas à la quête du Graal...
Dagonet Ah ça c'est vrai. Ça vous intéresserait pas de participer ?
Loth (Se lève et part, se retournant plusieurs fois pour renchérir.) Ah mais c'est pas possible, ça ! J'ai pas envie de participer ! À rien ! C'est pas mon genre, de participer ! Jamais je participerai ! À part à vos obsèques, bande de cons !
Couloir du château, jour. Bohort s'adresse à deux nobles.
Bohort Vous qui êtes certainement venus de très loin pour tenter votre chance, serez probablement déçus, il faut vous y attendre... personne ne peut retirer l'épée, à part Arthur. En revanche, ce que nous pouvons vous proposer... à titre de compensation, j'ai envie de dire... c'est une place à la Table ronde. Ah... saurai-je vous vanter l'inaltérable solidarité de nos vaillants chevaliers, nos réunions batailleuses ?
(Les deux nobles se regardent, perplexes.)
Bohort Vous ne parlez pas un mot de ma langue, c'est ça ?
Taverne, matin. Perceval et Karadoc sont accoudés au comptoir, la taverne est pleine de monde.
Perceval Bon Dieu, mais d'où ils sortent tous ces loustics ? Vous les connaissez, vous ?
Karadoc Mais non, c'est tout de l'étranger, ils parlent même pas la langue !
Le tavernier (Ravi.) Vous vous rendez compte, hein ? Une salle pleine à neuf heures du matin ! Je crois que depuis que mon père a fondé l'établissement, c'était encore jamais arrivé... tiens, j'aimerais qu'il soit là pour y voir...
Karadoc (Dégoûté.) Regardez-moi ça, y a même un ChinetoqueL'apparent racisme de Karadoc à l'égard des personnes asiatiques s'explique sans doute en partie par l'égoïsme dont a fait preuve Lan, son premier coéquipier, alors qu'ils étaient tous les deux affamés dans le camp de Macrinus....
Le tavernier Et puis alors euh... hé, euh... pour cette histoire de quartier général, là euh... faut admettre au début, j'y croyais pas beaucoup mais alors là... là euh... quand je vois le coup de pompe aux miches que va prendre le chiffre d'affaires, hé bah j'ai envie de dire « chapeau », et puis j'ai envie de dire « merci ».
Perceval Ça a rien à voir avec le QG, ceux-là ils viennent pour retirer l'épée du rocher... des fois que ça marche et qu'ils deviennent roi de Bretagne...
Karadoc Un Chinetoque roi de Bretagne ? Sans blague, on peut pas laisser faire ça ! On y va, nous, retirer l'épée !
Perceval (Exaspéré.) Une fois pour toutes, y a que le roi Arthur qui peut la retirer ! Votre Chinetoque, il peut passer trois semaines à tirer dessus, il repartira chez lui aussi con qu'il est venu ! (Hurlant.) Voilà ! (Part.)
Karadoc (Rassure les occupants de la taverne.) Non non, c'est rien, c'est rien, c'est rien...
Le tavernier Ah non non, mais... ils parlent pas la langue...
Karadoc Bon bah merde.
Grand salon, matin. Léodagan et Calogrenant boivent un verre ensemble.
Séli (Arrive.) Tiens donc ! Qu'est-ce que vous glandez là, vous autres ?
Léodagan Le jour de mon mariage... si on m'avait dit qu'elle tournerait comme ça, parole, plutôt que de dire « oui » je me serais coupé les deux guitares. Propre et net.
Séli Bah c'est peut-être pas encore trop tard, grand conneau !
Léodagan Voilà. Alors moi je suis rentré dans une rengaine, hein, je me rends plus compte, mais euh... de l'extérieur, ça fait couple harmonieux ou pas ?
Calogrenant Sans aller jusqu'à parler d'harmonie, euh... y a une régularité.
Séli Bon, est-ce que vous connaissez le duc d'Aquitaine ?
Calogrenant Le duc d'Aquitaine ?
Léodagan Ah c'est ça, qui vous met de travers« mettre (quelqu'un) de travers » (loc.) Contrarier, fâcher quelqu'un
En savoir plus
...
Séli Ça et le reste, le château est plein de visiteurs, soi-disant de marque, qui viennent pour retirer Excalibur du rocher, et qui sous couvert de visites officielles nous piratent les chambres et le garde-manger, j'en ai ma claque !
Calogrenant Et le duc d'Aquitaine ?
Séli Hé bah il fait partie du lot ! Sauf que lui il se paie ma bobine, en plus du reste ! Alors, comme j'allais justement lui botter le traintrain (n.m.) Derrière, postérieur, cul
En savoir plus
, je vous demande si le duc d'Aquitaine c'est du gros bonnet, ou du grouillotgrouillot (n.m.) Subalterne chargé de petites besognes, serviteur, domestique
En savoir plus
.
Calogrenant (Regardant Léodagan.) C'est du gros bonnet...
Léodagan Plutôt, ouais...
Séli Bon. (Part.)
Chambre du duc d'Aquitaine, matin. Le duc d'Aquitaine dort, Séli se tient au pied de son lit avec un sonneur de corne.
(Le sonneur sonne un grand coup de corne.)
Le duc d'Aquitaine (Se réveille, hagard.)
Séli (Au sonneur.) Stop, merci, foutez le camp.
(Le sonneur sort.)
Le duc d'Aquitaine Qu'est-ce qui se passe ?
Séli L'hymne d'Aquitaine... ici, aux hôtes de marque, tous les matins on leur envoie leur hymne...
Le duc d'Aquitaine Ah ! Ben dis donc, c'est... c'est flatteur... mais en fait, l'hymne d'Aquitaine...
Séli Non mais là c'est une réduction pour trompette seule, on est obligés de réduire, vous comprenez...
Le duc d'Aquitaine Ah, bah écoutez, encore une fois c'est très sympa et j'ai envie de dire que c'est ça qui compte, mais en fait, en Aquitaine, y a pas d'hymne.
Séli Oui bah comme ça ça vous en fera un. Dites, je voulais vous demander... est-ce que vous vous considérez comme du gratin ?
Le duc d'Aquitaine (Humble.) Oh... on va dire qu'à un niveau personnel, euh... en ce qui me concerne, j'ai su préserver une certaine simplicité, maintenant je sais pas ce que vous entendez par « du gratin »...
Séli Oui non mais parce que... comme on manque de chambres et que les notables poussent au portillon, je suis obligée de me faire une idée de votre statut, voyez ? Parce que je sais même pas où ça se trouve, moi, l'Aquitaine !
Séli L'Aquitaine, euh... comment vous dire, c'est euh... vous voyez l'Armorique ?
Séli Non.
Le duc d'Aquitaine Euh... la GarumnaLa Garonne. ?
Séli Non !
Le duc d'Aquitaine BurdigalaBordeaux..
Séli Non plus.
Le duc d'Aquitaine Ouais... vous prenez les Pyrénées...
Séli Non... écoutez, cher Duc, je vais pas y aller par quatre chemins, vous avez demandé une chambre pour deux, vous êtes tout seul, ça m'énerve ! Et vous ne devez qu'à votre rang supposé de ne pas être encore passé par la fenêtre avec vos bagages !
Le duc d'Aquitaine Ah non non, mais c'est parce que ma femme va venir...
Séli Oui non mais on me l'a déjà faite, et tout ça pour gagner un peu d'espace, mais... quand vous serez à poil dehors, vous allez en avoir de l'espace, croyez-moi ! Allez hop ! Allez ! (Tente d'extirper le duc de son lit.)
Le duc d'Aquitaine Non mais...
Séli Si si si si, allez, hop ! Allez.
Salle de la Table ronde, jour. Le duc d'Aquitaine et le père Blaise sont à la Table ronde, le père Blaise trie des documents.
Le duc d'Aquitaine À votre avis, c'est en train de chauffer, là ?
Le père Blaise C'est possible, oui.
Le duc d'Aquitaine J'aurais jamais dû parler de cette histoire, je me doutais que ça allait faire des problèmes...
Le père Blaise Écoutez, on s'adresse pas à un duc comme à un traîne-galoche.
Le duc d'Aquitaine Non, mais c'était pas dit méchamment...
Le père Blaise Elle vous a pas traité d'ahuri ?
Le duc d'Aquitaine Non...
Le père Blaise Bah de quoi, alors ?
Le duc d'Aquitaine « Pédiatre »... elle a dit, je crois...
Le père Blaise Elle a pas dit « pédale », plutôt ?
Le duc d'Aquitaine De toute façon c'était pas dit méchamment.
Arthur (Entre et va s'asseoir à côté du père Blaise.) Voilà ! Bon, excusez-moi cher Duc, hein... je suis vraiment confus, mais qu'est-ce que vous voulez... il se trouve que ma belle-mère fait parfois preuve d'une certaine véhémence...
Le duc d'Aquitaine Non, mais vous allez pas vous disputer... vous savez, un sourire est souvent la solution au vilain courroux !
Arthur Ouais, tout à fait, alors j'ai pas... tout compris, là parce que ce matin c'est un petit peu la panique, euh... qu'est-ce qui s'est passé, elle vous a attaqué avec une arme, c'est ça ?
Le duc d'Aquitaine Non non non non, elle m'a juste mis un coup dans la cuisse avec une petite binette...
Le père Blaise Bah, donc elle vous a attaqué !
Le duc d'Aquitaine Non ! Non non, c'est une binette, c'est pour biner, c'est du jardinage, c'est pas vraiment des armes...
Arthur Oui, enfin quand on commence à se les planter dans la cuisse c'est déjà moins du jardinage, tout de même.
Le père Blaise Oui bon, en tout cas, y a affront, Sire.
Arthur Oui, je sais bien. Je sais bien, alors voilà, ce qu'on pourrait éventuellement vous proposer, c'est... en plus des excuses officielles évidemment, la cession d'un petit bout de terre quelque part sur le royaume de Kaamelott... voilà en signe de bonne entente, euh... voilà, ce qu'on peut faire. Qu'est-ce que vous en dites, ça vous... ça vous irait, ça ?
Le duc d'Aquitaine Ouais, moi ça me va... très bien, sauf... que je suis pas sûr de posséder un bout de terre du royaume de Kaamelott, je... pense que j'en ai pas, mais en... en terre d'Aquitaine, ça je peux vous trouver un très joli bout de terre, oui.
(Arthur et le père Blaise échangent un regard, perplexes.)
Le père Blaise Non ! C'est... c'est nous, qui vous cédons un bout de terre !
Le duc d'Aquitaine (Perdu.) Je comprends pas hein, pardon... vous voulez que je fasse des excuses, et vous me cédez un bout de terre.
Arthur (Agacé.) Mais qu'est-ce que vous nous... non, ça me gonfle, ça dure trop longtemps... qu'est-ce que vous me faites, là ? On vous fait des excuses et puis on vous cède un bout de lopin, qu'est-ce qu'il y a ?
Le duc d'Aquitaine D'accord. Redites ?
Arthur On vous fait des excuses et on vous cède un bout de lopin.
Le duc d'Aquitaine D'accord. Mais je fais quand les excuses à la dame ?
Le père Blaise Mais... quand est-ce que vous vous excusez de quoi ?
Arthur D'avoir pris de la binette dans la cuisse ?
Le duc d'Aquitaine Écoutez... ce que je vais faire, c'est que je vais lui offrir un joli cadeau pour me faire pardonner. Hein ? Qu'est-ce qu'elle aime ?
(Arthur et le père Blaise réfléchissent.)
Arthur Les pièges à loups.
Le père Blaise Les pendaisons.
Le duc d'Aquitaine (Acquiesce.) Les pendaisons...
Chambre du duc d'Aquitaine, matin. Le duc d'Aquitaine dort aux côtés d'un homme, Séli se tient au pied de son lit avec un sonneur de corne ; elle est armée d'une arbalète, pointée sur le duc.
(Le sonneur sonne un grand coup de corne. Le duc et son compagnon de lit se réveillent.)
Séli Debout là-dedans, les pognes bien en l'air !
Le duc d'Aquitaine (Se protège le visage.) Attendez ! Attendez, attendez, attendez...
Séli Qu'est-ce que c'est que ce micmac ?
Le duc d'Aquitaine Alors... j'ai bien compris la problématique de la chambre à deux, du coup, j'ai été en bas dans le couloir avec les notables, là, qui attendent d'être logés, j'ai proposé à cette personne de partager le lit... voilà, et... comme ça la chambre est remplie le temps que ma femme arrive !
Séli Et c'est qui, celui-là ? C'est le roi de quoi ?
Le duc d'Aquitaine Alors bah, c'est un petit peu là que ça pèche, euh... cette personne ne parlant pas la langue, j'ai jamais en fait euh... vraiment pu lui faire dire d'où elle venait, quoi.
Séli Mais vous l'avez trouvé où ?
Le duc d'Aquitaine Bah en bas, dans le couloir avec les autres ! Alors au début, je me suis dit : « C'est le roi Bahram VI. »
Séli Le couloir en bas, c'est les clodos qui viennent pour qu'on leur donne à bouffer.
Le duc d'Aquitaine Comment ça ?
Séli Votre pote là, c'est pas Bahram VI... c'est un clodo.
Le duc d'Aquitaine Ah bon !
Séli Au fait, je suis venue vous... présenter mes excuses.
Le duc d'Aquitaine Vos excuses ? Et l'arbalète, là ?
Séli Ah non, l'arbalète c'est pour vous dire que excuses ou pas excuses, au moindre pet de travers je vous flanque un carreau dans les miches. Par exemple, ramener un clodo dans la chambre, ça fait partie des pets de travers.
Le duc d'Aquitaine C'est un petit peu délicat de lui demander de partir maintenant, quand même...
Chambre du duc d'Aquitaine, nuit. Le duc et la duchesse d'Aquitaine sont au lit ; entre eux se trouve l'homme que le duc a pris pour Bahram VI.
Le duc d'Aquitaine Écoutez ma mie, j'ai confondu cette personne avec Bahram VI, bon, ça peut arriver !
La duchesse d'Aquitaine Mmh. Vous êtes vraiment un gros débile. Bahram VI c'est un Sassanide.
Le duc d'Aquitaine Un quoi ?
La duchesse d'Aquitaine Un Perse.
Le duc d'Aquitaine Hé ben ?
La duchesse d'Aquitaine Hé ben lui là, pour le confondre avec un Perse, il faut vraiment être un super débile, c'est tout.L'homme qui occupe le lit est noir.
Le duc d'Aquitaine (Soupire.) Ben Perse ou pas Perse... je ne me sens pas... de lui dire de partir.
Salle à manger, jour. Arthur et Léodagan discutent, Arthur est sur le départ, Léodagan est à table.
Arthur Bon, euh... voilà, c'est... tout est prêt, là ? Parce que, euh... j'ai pas tout à fait fini, moi ! Faut que j'y retourne, je vous... hein, c'est bon ?
Léodagan (Acquiesce machinalement.) Quoi qui est bon ?
Arthur « Quoi qui est bon », je sais pas, euh... vous les recevez ?
Léodagan Ouais... mais qui, euh... genre ?
Arthur (Épuisé.) Non, non... non, là ça me soûle là, vous avez pas regardé le registre.
Léodagan (Un peu penaud.) Non... mais de toute façon on bouffe avec euh... du péteux en visite, là, du gars qui vient essayer de retirer l'épée, non ? Comme tous les jours depuis deux semaines, alors qu'est-ce que vous voulez que je foute à... à aller regarder le... registre ?
Arthur Ouais, d'accord. Bon, en l'occurrence il s'agit donc du duc et de la duchesse d'Aquitaine, hein, ça vaut ce que ça vaut mais vous le saurez, comme ça vous pourrez euh...
Léodagan Bah je pourrai quoi ?
Arthur (Agacé.) Vous pourrez quoi, euh... dire leurs noms, peut-être, au moins ?
Léodagan Ben pour quoi faire, dire leurs noms ?
Arthur Oh p... (Part.)
Léodagan Oh ben non, mais...
Salle à manger, jour. Léodagan est à table avec le duc et la duchesse d'Aquitaine.
Le duc d'Aquitaine Donc euh... nous, pour la petite histoire, on arrive tout droit d'Aquitaine.
Léodagan (Sourit et acquiesce.)
La duchesse d'Aquitaine (Lance un regard noir au duc.)
Le duc d'Aquitaine Bah quoi ?
La duchesse d'Aquitaine (Hausse les sourcils, méprisante.)
Le duc d'Aquitaine Et...
Léodagan Et ?
Le duc d'Aquitaine Et vous ?
Léodagan Quoi et moi ?
Le duc d'Aquitaine Bah et vous. je sais pas, euh... d'où venez-vous ?
La duchesse d'Aquitaine (Pour elle-même.) Oh là là, le pécore...
Le duc d'Aquitaine Mais quoi ?
La duchesse d'Aquitaine Non rien, c'est juste le fils de Goustan de Carmélide, on est en train de passer pour des gros touristes, mais sinon c'est sympa.
Le duc d'Aquitaine Ah, mais... Léodagan de Carmélide.
Léodagan Ouais !
Le duc d'Aquitaine D'accord ! Ah, je... suis confus, hein.
Léodagan (Fait mine que ça n'a pas d'importance.)
Le duc d'Aquitaine (À la duchesse.) En même temps c'est pas marqué dessus...
La duchesse d'Aquitaine Mmh. Y a que vous au monde pour être largué à ce point là. C'est le père de la reine, juste.
Le duc d'Aquitaine Alors question : est-ce que j'ai la possibilité de me montrer courtois envers les gens, même si je les ai pas reconnus, ou est-ce que je suis obligé d'être désagréable pour faire bourgebourge (n.) Personne qui expose son aisance matérielle et financière au travers de signes extérieurs de richesse
En savoir plus
 ?
La duchesse d'Aquitaine Ça fait une heure que vous admirez des bibelots en souriant comme un mongole. Vous êtes dans la salle à manger du roi pour un déjeuner protocolaire. Vous visitez pas le Parthénon !
Le duc d'Aquitaine Et c'est marqué où, dans le protocole, que je peux pas euh... juste engager poliment la conversation avec mon voisin de table ?
La duchesse d'Aquitaine Bon, le repas commence dans cinq minutes. Alors on stoppe l'engueulade, et on essaie de coller un peu à l'ambiance, OK ?
Léodagan Alors si vous voulez coller à l'ambiance, moi je vous conseillerais plutôt de vous maintenir dans un registre... au moins équivalent, quoi. Non non, parce que même là, après une heure de repas, euh... si vous voulez tenir la distance... non non non, vous serez sûrement obligés de revoir le volume à la hausse, hein !
Séli (Entre.) Je vous préviens, la matinée a eu sa bonne dose de pignoufs, je suis plus que crevée. Alors je préconise un déjeuner dans le calme.
Léodagan (Au duc et à la duchesse.) Souvenez-vous de cette phrase, parce que dans un moment, quand vous essayerez d'éviter les tirs d'assiettes, vous me direz ce que vous en pensez.
Le duc d'Aquitaine (À la duchesse.) Donc là, c'est dame Séli...
La duchesse d'Aquitaine Non mais c'est bon, je sais qui c'est...
Le duc d'Aquitaine Comment vous savez ?
La duchesse d'Aquitaine Parce que j'ai pas été élevée chez les sangliers et que je connais quand même le nom des gens qui vous invitent...
Léodagan Alors, euh... euh, test, voilà : (à Séli) c'est quoi le bocal, là ?
Séli C'est pour faire parler les glands.
Léodagan Ah ! Ah bah, dis donc, euh... aujourd'hui c'est sans échauffement, là ! (Au duc et à la duchesse.) Ah non non, mais... soyez sur le coup, parce que ça peut monter en chauffe en moins de trente secondes.
La duchesse d'Aquitaine Mais attendez, euh... le roi vient pas, là ?
Séli Pourquoi, on vous revient pas, nous ? On a trop la touche paysanne pour vous, Duchesse ?
La duchesse d'Aquitaine (Au duc.) Euh... ouais ? Un petit commentaire, quelque chose ?
Le duc d'Aquitaine Un commentaire ? Euh...
La duchesse d'Aquitaine Bah si vous le sentez hein ! Je viens de me faire quicherquicher (v.) Frapper, gifler
En savoir plus
la tête, il me semble que vous étiez là... ça vous inspire, là ou y a rien qui vient ?
Arthur (Entre.)
La duchesse d'Aquitaine (Se lève, et tape sur le bras du duc.)
Le duc d'Aquitaine (Se lève.)
Arthur (S'assoit.)
Le duc d'Aquitaine (Voyant que Léodagan et Séli sont toujours assis.) Euh... peut-être il fallait pas se lever, là ?
Léodagan Oui, peut-être pas, non...
Arthur Bien sûr qu'il faut se lever... c'est marqué dans le protocole je vous signale, à chaque fois que je rentre dans une pièce vous êtes censés vous lever. Si un jour j'additionne toutes les fautes diplomatiques que ça fait, je pense que je peux demander une jolie réparation.
Léodagan Ah non mais ça demander, euh... vous pouvez toujours...
Arthur Ouais. Asseyez-vous, cher Duc !
(Le duc et la duchesse s'assoient.)
Arthur Ça fait plaisir de vous voir, ça fait longtemps !
Le duc d'Aquitaine Ouais, ouais, ouais, bah ouais ça fait... combien ?
Arthur Je sais pas.
Le duc d'Aquitaine Dans les... euh... combien, à peu près ?
Arthur J'en sais rien. Qu'est-ce que je veux dire ? (Insistant, lançant des regards en direction de la duchesse.) Euh... voyez ?
La duchesse d'Aquitaine (Au duc, à voix basse, hors d'elle.) Présentez-moi...
Le duc d'Aquitaine Oui ! Pardon. Alors... j'ai envie de dire en toute simplicité : la duchesse d'Aquitaine.
La duchesse d'Aquitaine (Salue Arthur d'un signe de tête poli.)
Arthur (Perplexe.) D'accord...
Le duc d'Aquitaine Y a...
Arthur De quoi ?
Le duc d'Aquitaine Non je sais pas j'ai l'impression que vous...
Arthur Non non non non, pas du tout, pas du tout ! Euh... si, alors là... non, parce que... (à la duchesse) depuis la dernière fois que je vous ai vue, vous avez perdu quoi ? Deux cents livreslivre (n.f.) Ancienne unité de mesure de masse
En savoir plus
, à vue de pied ? En tout cas ça vous va très bien ! Ça vous rajeunit, vous faites trente ans de moins !
Le duc d'Aquitaine Ah mais non, mais... d'accord ! Vous, vous êtes encore sur l'ancienne !
Séli Ah mais oui mais c'est ça ! C'est pas celle que je connais !
Le duc d'Aquitaine Tout à fait.
Séli Voilà !
Le duc d'Aquitaine Excusez-moi, je... j'ai pas percuté, non non l'autre elle est morte, euh... les articulations soutenaient plus son poids. Donc elle a commencé par se remplir d'eau par les coudes, et après c'est passé aux chevilles, c'est remonté aux genoux, et un matin elle avait tellement gonflé que j'ai appelé la garde ! Alors, euh... ils sont venus, ils lui ont mis un coup de lance, et puis elle a essayé de se, de se... de se faufiler, comme ça, pour se cacher sous le buffet... et puis elle passait pas, parce que bon, ben.... elle avait plus conscience de sa masse, donc elle est restée là, comme ça, pouf. Et puis... quoi, six heures après, elle était crevée ?
(Un silence pesant flotte dans la pièce.)
Le duc d'Aquitaine Donc : la duchesse d'Aquitaine.
La duchesse d'Aquitaine Alors là, je cherche... mais je me souviens pas m'être autant tapé la honte, comme ça.
Arthur En tout cas bienvenue. Hein, voilà. Bienvenue, cher Duc, la pêche ? Vous êtes venu un petit peu pour euh... essayer de retirer l'épée du rocher ?
Le duc d'Aquitaine Euh...
La duchesse d'Aquitaine (Acquiesce.) Ouais... ouais !
Le duc d'Aquitaine On était plus ou moins partis là-dessus, on n'est pas hyper fixés en fait, euh...
La duchesse d'Aquitaine Ah non mais ça y est ! D'accord, je comprends. Non mais ce que vous allez faire, c'est que vous allez arrêter de parler, en fait... et ce sera plus simple. Oui, il vient pour ça. Carrément, Sire.
Léodagan Non parce que c'est vrai, on n'a pas vu votre tronche depuis, depuis, euh... vingt-cinq ans, là... vous êtes bien venu chercher quelque chose, quand même.
La duchesse d'Aquitaine Voilà.
Le duc d'Aquitaine Bah c'est plutôt la petite, enfin c'est plutôt ma femme, euh... vous savez, elle se monte le bonnet, là depuis des semaines sur cette histoire de... d'épée, alors je sais pas, peut-être qu'elle se voit euh... reine de Bretagne !
(Le duc et Léodagan rient.)
Arthur (Sourit, un peu gêné.)
La duchesse d'Aquitaine Ouais ! Ouais voilà, voilà... voilà. Non c'est la bonne solution, de me faire passer pour euh... une connasse ambitieuse... non c'est très bien !
Séli Dites euh, je pense à un truc là, puisqu'on est partis dans la convivialité, euh... est-ce que j'annulerais pas la bouffe tout de suite, non ? Non ben...
Salle à manger, jour. Arthur, Léodagan, Séli, le duc et la duchesse d'Aquitaine mangent ensemble.
Le duc d'Aquitaine Alors, le plus simple qu'on avait trouvé pour la transporter, c'était une barge. Sauf qu'une fois, les amarres ont lâché, et elle se retrouve à foutre le camp vers la cascade...
Séli Comment ça se fait que vous mangez pas vos desserts ?
Arthur Bah euh... non, non, ça va.
Séli Non mais ça va très bien, je vous remercie, je voudrais savoir pourquoi vous mangez pas vos desserts.
Léodagan Bah... bah c'est-à-dire que pour être franc, euh... ça, ce que ça m'évoque, c'est... c'est des abricots !
La duchesse d'Aquitaine Ouais, pareil... on est juste un peu en plein hiver...
Arthur Bah oui, et puis ils sont pas confits... enfin, je... je comprends pas, et moi quand je comprends pas, je mange pas.
Séli Y a pas si longtemps, vous aviez un enchanteur qui s'appelait Merlin, vous vous souvenez ? À force d'être traité comme une sous-merde il a foutu le camp. Hé bah ça ça fait partie des trois bricoles qu'il a pas prises avec lui. C'est des abricots vieux de trois ans, conservés selon un procédé qu'il a inventé et dont il a jamais pu vous parler, parce que vous aviez pas le temps !
Le duc d'Aquitaine Hé bah moi j'ai envie d'essayer !
Léodagan Non non non non non ! Non, arrêtez vos conneries, non on vous dit que c'est Merlin !
Le duc d'Aquitaine (Porte un abricot vers sa bouche.)
Arthur Non non non ! Non mais... non mais cher Duc, non ! La seule chose que vous risquez c'est de gerber, et éventuellement de mourir.
Le duc d'Aquitaine (Mange l'abricot, et semble ravi.) Mmh ! Mmh !
Arthur (Mange un abricot et acquiesce.) C'est hyper bon.
Séli Bah voilà. Finalement, ce serait peut-être pas mal que ce soit le duc qui retire l'épée. Il se comporterait peut-être un peu moins comme un fumier !
Taverne, nuit. Perceval, Karadoc, Merlin et le tavernier boivent un verre dans la salle déserte.
Le tavernier (Bâille.) Bon... bah va peut-être falloir penser à faire dormir les yeux !
Perceval Ouais, ça commence à se faire tard. Hé, tavernier... vous avez pas une chambre de rab' ?
Le tavernier Euh... oui, je... j'en dispose, mais qu'est-ce que vous entendez par euh... « de rab' » ?
Karadoc Bon, bah vous voyez bien que c'est un peu la pagaille, ce soir ! J'ai une de mes gamines, ma femme, celui-là, euh... peut-être que pour notre enchanteur, vous pourriez faire un geste commercial...
Merlin Vous allez pas nous entasser comme des harengs dans une seule chambre, quand même !
Perceval Ouais... je pense que y a un minimum de dignité...
Le tavernier Ah non mais moi la dignité je suis drôlement pour hein, je vais même vous dire, au nom de la dignité je suis prêt à vous donner toutes les chambres que vous voulez ! La seule chose que je vous demande, c'est de les payer ! C'est tout !
Karadoc Non mais oh, c'est notre quartier général ou quoi, là ?
Le tavernier Oui, et à ce titre comme convenu, vous jouissez de l'usufruit d'une chambre. Une, pas quarante.
Perceval (À Merlin.) Bon, bah vous allez dormir avec nous ! Vous ferez gaffe, Karadoc il pète en dormant.
Karadoc Ah ouais ?
Perceval Ouais.
Karadoc Classe !
Chambre de la taverne, nuit. Karadoc et Mevanwi dorment dans le lit du bas, Perceval et Mehgan dans le lit du haut, et Merlin sur une paillasse.
Mehgan (Passant la tête à travers un trou dans son sommier.) Père !
Karadoc Quoi ?
Mehgan Elle est où Mehben ?
Karadoc (Soupire bruyamment.)
Mevanwi Jamais elle dort, cette gosse ?
Karadoc Mehben, elle est à Kaamelott avec tata Demetra ! Alors maintenant tu dors.
Mehgan Mais je peux pas dormir !
Karadoc Hé bah tu dors quand même.
Mevanwi (Soupire.) Elle va avoir les yeux au milieu de la figure, demain...
Mehgan Mais pourquoi Mehben elle est à Kaamelott et pas moi ?
Karadoc (Soupire.) Ta sœur, elle est à Kaamelott, parce que... voilà, et on est là... dors.
Mehgan Mais tonton Perceval il prend toute la place !
Perceval C'est même pas vrai !
Merlin Mais vous allez la boucler à un moment, oui ?
Karadoc Oh, vous, si vous supportez pas le bruit, vous avez qu'à vous payer votre chambre !
Merlin Ah attention hein ! Si c'est pour être reçu à contrecœur, je préfère encore partir !
Perceval Hé bah qu'est-ce que vous attendez ?
Mevanwi Oh, mais taisez-vous !
Merlin Franchement, je me demande ce que vous foutez à vingt-cinq dans ce clapier, alors qu'il vous reste une piaule au château !
Karadoc (Criant.) On n'a plus de piaule au château, parce qu'on est autonomes !
Mevanwi Mais si, on a encore une piaule au château...
Karadoc Quoi ?
Mevanwi Ils l'ont donnée à personne encore, mais si on veut, on peut y aller ! Et je vais vous dire... ils nous doivent bien ça hein.
Mehgan Allez ! On y va !
Karadoc Non mais attendez, c'est quoi cette histoire ? On est indépendants, on n'a rien à faire dans un château ennemi !
Merlin « Ennemi », vous croyez pas que vous poussez un peu, non ?
Perceval Et vous, au lieu de critiquer, vous l'avez rendue votre piaule à Kaamelott ?
Merlin (Criant.) Mais parfaitement, Monsieur Perceval ! J'ai dit à tous ces braves gens que je foutais le camp, c'est pas pour me garder une piaule au cas où ! Je suis pas du genre à faire demi-tour dès que ça devient difficile !
Karadoc Mais qui... qui... qui fait demi-tour, là ?
Merlin J'ai pas besoin d'eux, moi... j'ai même pas besoin de vous non plus, j'ai... (hurlant) j'ai même pas besoin de piaule tiens, je peux très bien dormir dans la nature, avec la voie lactée pour seule couverture, alors flûte !
Perceval Hé bah allez-y dans la nature, personne vous retient !
Merlin C'est ce que je vais faire pas plus tard que demain, parce que votre clan autonome, il commence à me courir sur le haricot, vous vous débrouillerez sans moi !
Karadoc Bon, maintenant ça suffit, tout le monde dort !
Mevanwi En plus à force de gueuler, on va se faire virer de la taverne ! On aura gagné la timbale !
Karadoc On peut pas se faire virer de notre quartier général...
Perceval Mais elle comprend vraiment rien, celle-là !
Merlin Chut euh !
Mehgan On peut aller à Kaamelott ?
(Karadoc et Mevanwi soupirent.)
Chambre d'Arthur, nuit. Arthur et Guenièvre sont au lit, Arthur lit un parchemin.
Guenièvre Je peux vous poser une question ?
Arthur (Baisse son parchemin, lève les yeux au ciel et soupire.) Allez-y, oui...
Guenièvre (Vexée.) Non mais dites, ça va, oui ?
Arthur Bon bah c'est bon, je vous ait dit « allez-y » !
Guenièvre J'ai pas prononcé un mot depuis qu'on est au lit ! Il me semble que je vous embête pas beaucoup !
Arthur Bah justement, c'était bien !
Guenièvre (Agitant le parchemin.) Mais qu'est-ce qu'il y a de si important, dans ce parchemin, qu'on puisse pas vous en tirer, là ?
Arthur Posez-moi votre question pourrie et foutez la paix à mon parchemin.
Guenièvre (Après un moment.) Hé ben je sais plus. Voilà. Je m'en souviens plus.
Arthur Ça devait être capital...
Guenièvre Si ! Je voulais savoir pourquoi vous laissiez tous vos chevaliers former des clans séparatistes, alors que l'une de vos plus importantes missions a toujours été de fédérer les clans existants autour de votre royaume et de la quête du Graal ?
Arthur (Ouvre de grands yeux.) Euh... (Soupire.)
Guenièvre Enfin c'était pas exactement ça...
Arthur Ah oui voilà, c'était pas exactement ça !
Guenièvre Non mais c'est presque pareil...
Arthur Ah oui non mais... non mais c'est trop facile aussi, hein, moi il me faut un peu de précision, je suis désolé.
Guenièvre Non mais c'était pas formulé pareil, mais...
Arthur Hé bah démerdez-vous pour formuler correctement vos phrases ! Voilà... ça me semble un minimum. (Se replonge dans son parchemin.)
Guenièvre (Agite le poing, frustrée.)
Couloir du château, nuit. Perceval et Karadoc, couverts de neige, tentent d'ouvrir la porte de l'ancienne chambre de Karadoc et Mevanwi.
Karadoc (À voix basse.) C'est fermé à clé...
Perceval (À voix basse.) Qu'est-ce qu'on fait ? On crochète la serrure ?
Karadoc Attendez, on va pas cambrioler la piaule, quand même !
Perceval On n'est pas des cambrioleurs, puisque les gardes nous ont laissé rentrer dans le château !
Karadoc Mais les gardes, qu'est-ce qu'ils y comprennent ? Ils savent même pas qu'on n'est plus chevaliers ici... ils sont tous à moitié débiles, de toute façon...
Perceval Après y a pas cinquante solutions, hein... soit on crochète, soit on réveille quelqu'un qui nous ouvre.
Karadoc Mais vous savez crocheter les serrures, vous ?
Perceval Bien sur que je sais, le seul ennui c'est qu'on n'a pas les outils... à la limite, j'ai ma chemise, mais c'est trop mou.
Karadoc Qu'est-ce qu'il faut comme outils... une tige ?
Perceval Le mieux c'est une clé, c'est sûr.
Karadoc Une clé, euh... n'importe laquelle ?
Perceval Ah bah non, une clé qui correspond à la serrure ! Les clés de toute façon, il faut que ça soit pile-poil, sinon ça marche pas. Sécurité.
Karadoc Je suis désolé, je l'ai rendue ma clé !
Perceval Bah... je suis désolé aussi, mais je me lance pas dans un crochetage de serrure avec une clé qui correspond pas ! C'est un coup à bousiller tout le mécanisme...
Karadoc Bon bah j'ai pas de solution. On peut pas essayer avec une tige ?
Perceval (Agacé.) Oh ! Vous voulez que je me foute en rogne ? C'est ce que vous cherchez ? La serrurerie, c'est une technique extrêmement précise, d'accord ? Des fois, y a six mois de boulot sur une serrure ! Alors vos tiges, vous vous les foutez quelque part. Moi en tout cas, j'ai le respect des artisans, et si j'ai pas exactement la bonne clé, je crochète pas. C'est vu ?
Karadoc Ou alors ce qu'on fait, on enfonce la porte.
Perceval Ah bah là oui, d'accord.
Karadoc Ouais, sauf que si la serrure est fermée à clé... je vais me bousiller. Il faudrait au moins la crocheter un petit peu avant, pour préparer le terrain.
Perceval Oh, mais vous allez prendre des tartestarte (n.f.) Coup, gifle
En savoir plus
maintenant hein ! Si je vous vois bricoler la serrure avec autre chose que la clé d'origine, je vous largue ici et je rentre à la taverne !
Karadoc Avec votre chemise, non ?
Perceval La chemise c'est bien parce que ça abîme pas, mais c'est trop mou.
Calogrenant (Arrive.) Bah... qu'est-ce que vous foutez là, tous les deux ?
Chambre d'Arthur, nuit. Arthur et Guenièvre sont au lit et se disputent.
Arthur Me faire donner des leçons de politique par une gourde qui a jamais rien foutu de ses dix doigts, ça me troue un peu, effectivement ! Alors allez trier des salades, et foutez-moi la paix !
Guenièvre Oh oui... on va laisser le grand professionnel de la politique exercer son indiscutable talent ! Tout le royaume fout le camp, y a à peine assez de chevaliers pour remplir une baignoire, mais tout est prévu, vive le spécialiste !
Nessa (Entre.)
Arthur Bon, écoutez...
Nessa Sire, y a deux chevaliers qui demandent si je peux leur ouvrir leur chambre, qu'est-ce que je fais ?
Arthur (Agacé.) Euh... je ne sais pas, « deux chevaliers », lesquels ?
Nessa Ils m'ont dit leurs noms, mais je me souviens plus.
Arthur Ah bah bien. Euh... je ne sais pas, qu'est-ce qu'il y a ? De quoi ? Ils ont oublié leurs clés ?
Nessa Je crois qu'ils s'appellent Patanouk et Gerciflet, c'est possible ?
Arthur C'est... je ne sais pas, je sais pas qui c'est, je sais... ça ne me... m'intéresse pas, en plus, alors vous... faites... ouvrez-leur, ouvrez-leur pas, ça m'est égal, foutez le camp...
Nessa Y en a un qui est plus grand que l'autre...
Arthur (À bout de forces.) Non mais barrez-vous, barrez-vous...
Nessa (Part.)
Chambre de Karadoc, nuit. Perceval, Mehben, Karadoc, Mehgan et Mevanwi sont allongés dans l'ancien lit de Karadoc et Mevanwi.
Karadoc Bon, que ce soit bien clair pour tout le monde, on dort à Kaamelott, mais c'est exceptionnel !
Perceval Ouais, parce que là en tant que clan autonome, c'est n'importe quoi.
Karadoc Non, mais bon... une fois en passant, ça va ! Ça fait plaisir, y a le côté nostalgie... soyez pas trop...
Perceval Ouais ouais, bah je suis pas trop ! Sauf que quand on fait des choix, il faut les tenir un minimum. Et ça change de chambre, et ça change de mari...
Mevanwi (Outrée.) Quoi ?
Perceval Ouais ouais ouais ! Il faudrait peut-être commencer par se comporter en adulte !
Mehgan Moi je veux dormir à la taverne...
Mehben Mais tonton Perceval il prend toute la place !
Perceval C'est même pas vrai !
Karadoc Bon, chut euh ! On dort !
Laboratoire de Merlin, jour. Mevanwi et Élias discutent.
Mevanwi Non, officiellement on n'habite plus ici... seulement, mon mari, qui est toujours à la recherche de nouvelles techniques de combat, a obtenu du roi de continuer à s'entraîner à la salle d'armes ! C'est pour ça, j'en profite pour venir vous... vous voir !
Élias Oui. Non mais vous avez bossé depuis la dernière leçon ?
Mevanwi Euh... euh non, j'ai pas eu le temps, parce qu'en fait j'avais...
Élias Oui, mais euh... oui, bon, alors moi, à partir du moment où vous payez, hein, vous pouvez rien glander moi ça me dérange pas. Mais par honnêteté, moi il faut quand même que je vous prévienne : la magie, c'est pas pour les feignasses.
Mevanwi Ah mais je peux être très assidue !
Élias Oui, non mais assidue d'accord, mais moi je vous parle pas de trier des oignons ou de laver les slibards de Monsieur ! Je vous parle de travail !
Mevanwi Mais... je peux très bien travailler, euh...
Élias Bon, attendez, moi, encore une fois, je m'en fous. Si vous faites ça en dilettante, vous allez perdre du fric, et vous saurez rien faire. Bon alors il faut choisir, hein ? Si vous sentez que votre truc c'est plus le côté bobonne, hein, il faut renoncer à tout ça... après, euh... vous allez faire une tarte aux quetsches.
Salle d'armes, jour. Perceval et Karadoc s'entraînent à l'épée. Karadoc s'active beaucoup et enchaîne les passes, Perceval ne bouge pas.
Perceval Hé oh oh ! Comment ça se fait que vous tenez absolument à vous entraîner à l'épée, ce matin ? Je croyais qu'on avait dit que c'était pour les ringards, les épées...
Karadoc Ouais, mais c'est pas pareil, là !
Perceval Pas pareil que quoi ?
Karadoc Bah... on sait jamais.
Perceval On sait jamais quoi ?
Karadoc Bah on sait jamais, c'est tout ! Allez, on travaille là, au lieu de discuter !
Perceval Vous, vous avez un truc derrière la main, j'en mettrais ma tête au feu.
Karadoc Mais non, pas du tout...
Perceval Vous allez me dire ce que c'est, sinon on va pas être copains, je vous préviens.
Karadoc Si je vous le dis, vous me promettez de pas vous fâcher.
Perceval Promis.
Karadoc Comme on va tenter de retirer Excalibur du rocher, je trouve pas mal de revoir les techniques de base du combat à l'épée.
Perceval (Hurlant.) De quoi ?
Karadoc (Se protège derrière son épée.)
Couloir du château, jour. Arthur se tient sur le seuil de sa chambre, devant Bohort et le père Blaise.
Arthur Quoi ?
Bohort Nous avons un petit problème, Sire.
Le père Blaise Non...
Bohort (Au père Blaise.) S'il vous plaît...
Le père Blaise Y a pas de « s'il vous plaît ». J'estime qu'il n'y a pas de problème alors je le dis : il n'y a pas de problème.
Arthur Et pourquoi vous venez, du coup ?
Le père Blaise Euh... je sais pas bien... Bohort m'a dit « Venez avec moi », je l'ai suivi... mais je ne cautionne pas.
Bohort Il s'agit du seigneur Perceval, Sire.
Arthur Mais il est où, le seigneur Perceval, ici ?
Bohort Oui Sire, dans la salle d'armes !
Arthur Ben décidément... il a jamais été autant là que depuis qu'il est plus censé y être, celui-là...
Le père Blaise C'est exactement ce que j'ai dit. Il a voulu monter son clan avec l'autre pomme, il a rien à faire ici.
Arthur Mais c'est ça, le problème ?
Bohort Mais non, Sire...
Le père Blaise En plus il s'annonce même pas, il arrive à l'improviste...
Bohort Il est venu s'entraîner avec le seigneur Karadoc. Seulement, je ne sais pas exactement ce qui s'est passé... une altercation entre nos deux compères, probablement... il s'est enfermé dans un tonneau.
Arthur Quoi ?
Bohort Voilà. Et il refuse d'en sortir !
Le père Blaise Moi je trouve pas que ce soit un problème...
Bohort Et moi, je trouve que c'en est un !
Le père Blaise En tout cas c'est pas celui du roi !
Arthur Mais... attendez, depuis l'intérieur du tonneau, il... qu'est-ce qu'il fait, il demande quelque chose ?
Bohort Non... quand on tente de lui adresser la parole, il nous intime farouchement de sortir de la pièce.
Le père Blaise On n'a qu'à l'écouter, on le laisse dans son tonneau... de toute façon il finira bien par en sortir... au pire, on l'enfume par le trou du bouchon.
Salle d'armes, jour. Karadoc et deux gardes se tiennent à côté d'un tonneau, Arthur observe la scène.
Karadoc Sire... heureusement que vous êtes venu, parce que là... je sais plus quoi faire.
Arthur Mmh. Il est dedans ?
Karadoc Ouais... je sais pas comment il se débrouille, il tient le couvercle par dedans, pas moyen d'ouvrir !
Arthur (Approche en soupirant.) Bon, sortez.
Karadoc On est désolés de vous causer du souci...
Arthur D'autant que je vous rappelle que vous faites plus partie de Kaamelott, officiellement...
Karadoc Mais je sais...
Arthur Je trouve un peu raide de devoir me farcir vos conneries comme si vous étiez encore à mon service. Sortez.
(Karadoc et les deux gardes sortent.)
Arthur Perceval.
Perceval (Ne répond rien.)
Arthur Perceval, répondez-moi.
Perceval (Ne répond rien.)
Arthur Mais dites-moi ce qu'il y a qui va pas, au moins, je débarque là !
Perceval (De l'intérieur du tonneau.) Y a que je me suis mis en équipe avec un gros faisan, voilà ce qu'il y a !
Arthur Ah oui mais là mon petit vieux, vous aviez quand même largement le temps de vous en rendre compte avant... et puis, c'est pas une raison pour s'enfermer dans un tonneau !
Perceval Le tonneau j'y suis, j'y reste ! C'est en signe de...
Arthur Protestation ?
Perceval « Protestation », c'est quand on n'est pas jouasse ?
Arthur Oui...
Perceval Alors c'est ça.
Couloir du château, jour. Léodagan expose ses idées à Bohort et au père Blaise.
Léodagan Mettons que je sois roi.
(Bohort et le père Blaise échange un regard perplexe.)
Léodagan Non mais je suis roi, mais roi de Bretagne, je veux dire. J'ai dit « mettons ». Et mettons que des chevaliers à moi me disent « Oui, euh... on se tire... on fonde un clan à nous. » Hé ben ? Hé ben mais je les laisse faire ! Je suis parfaitement d'accord avec Arthur sur ce coup-là ! De toute façon, ceux qui se sont mis dans la tête de partir, si on les empêche... ils sont pas dans leur assiette et ils bossent n'importe comment. Vous me direz que dans le cas de Perceval et Karadoc, ils bossaient déjà n'importe comment du temps où ils voulaient rester. Mais bon. C'est pour dire que c'est une bonne chose, de laisser faire !
Salle d'armes, jour. Arthur est assis à côté d'un tonneau dans lequel se trouve Perceval.
Perceval (De l'intérieur du tonneau.) Ça fait quinze fois que je lui dis qu'il est hors de question qu'on aille retirer l'épée. C'est comme s'il avait rien entendu, ce gros malhonnête.
Arthur Vous savez, si je me fais caguer à replanter Excalibur dans le rocher, c'est pour que tout le monde essaie. Même ceux qui sont proches de moi. J'espère que vous renoncez pas par peur de me vexer !
Perceval Mais je m'en fous ! Y a un roi, il s'appelle Arthur, c'est tout. On laisse les épées tranquilles.
Arthur Mais c'est un symbole, Perceval... les gens réussissent pas à la retirer, et du coup comme moi j'y arrive, hé ben... ça remonte ma cote. Considérez ça comme une sorte de cérémonie.
Perceval Et si j'y arrive, moi, vous vous rendez compte ?
Arthur Mais vous y arriverez pas, soyez tranquille.
Perceval Comment vous le savez ? Il paraît que j'ai une destinée et tout, hein...
Arthur Bah justement ! Si vous avez une destinée et tout, vous serez jamais roi de Bretagne... si vous avez une destinée, vous n'avez pas de temps à perdre avec les boulots de seconde zone... croyez-moi. Maintenant vous sortez parce que j'en ai marre.
Perceval Non, je sors pas. Je suis en protestation.
Arthur Mais si vous voulez pas retirer l'épée, vous n'avez qu'à pas faire votre essai, et puis c'est tout ! Qu'est-ce que vous venez nous emmerder avec vos protestations ?
Perceval C'est l'autre gros hareng qui veut rien savoir.
Arthur Mais laissez-le faire, puisque je vous dis qu'il va pas y arriver !
Perceval C'est une question de respect.
Arthur Sortez. Sans déconner, sortez.
Perceval Non !
Couloir du château, jour. Léodagan expose ses idées à Bohort et au père Blaise.
Léodagan Mais si un matin je me lève, et qu'en passant dans ma salle d'armes, je tombe sur mes deux petits séparatistes en train de profiter des locaux, et du matériel... alors là... je sors le grand jeu. Trois semaines de cachot, pour attendrir la bidochebidoche (n.f.) Viande
En savoir plus
, et crac, six mois de travaux forcés, mais... parce que je suis souple ! Attention !
Bohort Notre bon roi Arthur est ce qu'on pourrait appeler, un... un affectif !
Léodagan Un faiblard ! Une gonzesse. Un petit doudou, un mignonnet. Toujours la larmichette à l'œil, euh... alors on peut se foutre de lui pendant dix ans, il continue à vous inviter à bouffer ! Ah je peux vous dire, j'en sais quelque chose.
Le père Blaise Remarquez, ça peut être une qualité, comme ça peut être un défaut.
Léodagan (Après un moment.) Ce qu'il y a de bien avec les opinions tranchées, c'est que ça relance le débat. En somme, vous êtes une sorte de provocateur, quoi. (Part.)
Salle d'armes, soir. Perceval se tient dans un tonneau dont Arthur a scié la partie supérieure. Arthur se tient debout à côté de lui, la scie à la main.
Arthur Maintenant vous sortez.
Perceval Non !
Arthur Mais ça suffit, vous voulez que je vous attrape par le frocfroc (n.m.) Pantalon
En savoir plus
 ?
Perceval Mais qu'est-ce que ça peut faire que je reste là, enfin ? Je dérange personne !
Arthur Mais vous avez un clan à vous maintenant, il faut vous en occuper ! Il faut rentrer à votre quartier général ! La nuit va bientôt tomber !
Perceval Non ! Tant que y aura des salopards pour essayer de vous voler votre épée, je resterai dans le tonneau !
Arthur Mais pourquoi faire, nom de nom de nom de nom ? Quel rapport entre Excalibur et le fait que vous soyez dans un tonneau ?
(Noir.)
Perceval Protestation !
(Stab final.)
(Fermeture.)