Le Grand Départ

Livre IV – épisode 39

Grande porte du château, jour. Léodagan et Séli attendent.
Séli (Exaspérée.) Ils se sont pas levés.
Léodagan Oh... bah quand même ! Ça va être midi... exagérez pas !
Séli Ils se sont pas levés ! Hier, je me suis égosillée toute la sainte journée « Demain, départ à l'aube », ils m'ont fait « Oui oui oui oui oui ! », résultat ils sont pas là à midi parce que... ils se sont pas levés !
Léodagan Mais c'est leur vraie première mission militaire... soyez souple, un peu !
Séli Ah, voilà ! Faut être souple ! Admirez-nous un peu, après trente ans de souplesse, trente ans d'éducation laxiste ! Entre la fille princesse qui abandonne le trône pour mettre les bouts dans la forêt avec un jean-foutre, et le fils chevalier qui sait pas tenir sa cuillère et qui est pas foutu de se lever avant midi, vous verrez qu'à force d'être souples, on va finir par passer définitivement pour des romanos ! Et ils se sont pas levés !
Léodagan Bah peut-être.
Séli Ah oui.
(Ouverture.)
Grande porte du château, jour. Léodagan et Séli attendent.
Léodagan Moi je dis qu'ils sont levés.
Séli (Sarcastique.) Oui oui...
Léodagan Ils doivent être quelque part en train de fignoler leurs bagages, et voilà... le tout c'est de les trouver !
Séli Hé ben pendant que vous les cherchez de votre côté, moi je vais me permettre d'envoyer un peloton de gardes dans leur chambre avec pour mission de les convoyer jusqu'ici à coups de pompe dans l'oignon ! Pas d'objection ?
Léodagan Pour ce que ça changerait...
Séli Rien, je vous le concède.
Léodagan Je vous rappelle que sur deux trouducs, y en a quand même qu'un seul qui est à nous. Non parce que moi je veux bien être gentil, mais je compte pas forcément adopter les débiles des autres sous prétexte qu'ils s'entendent bien avec le mien !
Séli Mmh... allez-y, philosophez ! Accordez-vous des moments de réflexion ! Et quand vous serez fatigué, vous consentirez peut-être à vous bouger le tronc pour faire quelque chose...
Léodagan Mais qu'est-ce que vous voulez que je fasse ? Le planton derrière eux toute la journée pour vérifier qu'ils s'endorment pas ?
Séli Hé bah peut-être ! Je vois pas où est la disgrâce ! Je le fais bien pour vous, moi !
Léodagan Vous me fatiguez, tiens !
Séli Bon, allez. Vous m'excuserez, j'ai deux glandouillos à localiser. (Part.)
Grande porte du château, jour. Léodagan et Séli se tiennent devant Yvain et Gauvain, en chemise de nuit, mal réveillés, leurs affaires en vrac dans un petit chariot.
Séli Hop là ! Regardez donc la bonne pioche ! Admirez un peu le joli doublé de perdreaux !
Yvain On n'est même pas présentables...
Gauvain Cette brutalité me semble parfaitement déplacée !
Léodagan Votre poste est à six heures de marche, même en partant dans trente secondes, et c'est mal barré, vous êtes déjà marrons pour arriver avant la nuit !
Séli À moins d'un petit coup de pouce ! On peut les catapulter directement sur site !
Gauvain Nous nous sommes levés tard, car nous nous sommes mis au lit de même.
Yvain On a travaillé toute la nuit.
Léodagan Travaillé à quoi ?
Séli (Criant.) À la meilleure façon de nous faire passer pour des bohémiens ?
Gauvain Au choix d'un itinéraire le plus adapté à notre style de déplacement.
Yvain Ouais parce que les routes normales, quand on est à cheval euh... bon c'est peut-être bien, mais alors à pied...
Gauvain Donc nous avons mis au point un tracé nous évitant les zones où il y a risque de s'empêtrer dans les ronces... (à Yvain) pourquoi ?
Yvain Parce que ça pique...
Gauvain Parce que ça pique.
Séli Oui parce que voyager à cheval, c'est même pas une option ?
Gauvain Votre fils et moi-même éprouvons la même aversion envers la race équidée.
Yvain Euh non moi c'est les chevaux que j'aime pas...
Gauvain Et puis voyager à pied participe à notre renommée ! Nous nourrissons même l'espoir qu'un surnom en rapport avec cette particularité nous sera un jour octroyé.
Séli Oui méfiez-vous ! Ça vient vite les surnoms, vous savez...
Léodagan Ouais en ce qui vous concerne y en a un bon paquet qui me viennent à l'esprit...
Yvain Non mais moi c'est bon, c'est « Chevalier au Lion ».
Gauvain Ah, alors de mon côté j'avais pensé que vous auriez pu abandonner le vôtre au profit d'un autre qui nous siérait davantage.
Yvain Ah ouais mais c'est quoi ?
Léodagan Ah oui c'est quoi ? Non, qu'on sache, hein ! Pour que quand les gens nous parleront de vous...
Séli Oui, quand les bardes viendront nous chanter vos exploits...
Gauvain Nous sommes jeunes, premier point. Nous marchons à pied. J'opterais donc pour un surnom en rapport : « les petits pédestres ».
(Fermeture.)
Grande porte du château, jour. Léodagan et Séli se tiennent devant Yvain et Gauvain, en chemise de nuit, mal réveillés, leurs affaires en vrac dans un petit chariot.
Léodagan « Les petits pédestres » ?
Séli (À Yvain.) Si un seul fait d'armes vous concernant me revient sous ce nom-là, considérez que vous êtes déshérité.
Léodagan Ah non, pas possible.
Séli Pas possible ? Et on peut savoir pourquoi ?
Léodagan Parce que c'est déjà fait depuis longtemps.
Séli Ah.
Yvain (À Gauvain.) Je pense à une chose... on pourrait pas plutôt dire...
(Noir.)
Yvain ...« les petits pédestres, dont un au lion » ?
(Stab final.)